14.03.2020

Journées de la Schizophrénie ‒ du 14 au 21 mars 2020

La 17e édition des Journées de la Schizophrénie voit son programme chamboulé par le coronavirus. La quasi totalité de ses évènements phyisques sont annulés, mais la CAMPAGNE DIGITALE GRAND-PUBLIC EST MAINTENUE, et bat son plein avec succès!

Cette année, les Journées de la Schizophrénie mettent à l’honneur la recherche à travers différentes actions, que vous pouvez découvrir sur le site https://schizinfo.com/.

Nous vous invitons, en particulier, à découvrir:

  1. La série SCHIZO: Lancé mercredi, l'épisode 0 de la série est disponible sur le site https://schizo-thefiction.com. Le teaser a déjà été vu près de 2 millions de fois!
  2. Les FICHES sur les avancées de la recherche: Sur le site https://schizinfo.com/recherche, vous trouverez la vulgarisation de nombreuses recherches (fiches et vidéos) à destination des patient.e.s, des proches et des professionnel.le.s.
  3. Une FORMATION EN LIGNE sur le rétablissement: "Se rétablir un vrai délire" est une formation en ligne (MOOC) sur le rétablissement, gratuite et tout public, créée en partenariat avec plusieurs écoles. En octobre dernier, 1300 personnes se sont inscrites à la première session. Les inscriptions sont désormais ouverte ici pour la deuxième session qui se déroulera démarrera le 16 mars pour 6 semaines.
  4. Un TCHAT: Proches, patient.e.s, professionnel.le.s et grand public peuvent poser leurs questions et interagir via le tachat disponible sur https://schizinfo.com
  5. Des CONFÉRENCES:
    • Le 16 mars à 20h30 (heure de Paris), écoutez le Dr Philippe Nuss, psychiatre renommé, raconter la maladie et posez-lui des questions. Inscriptions: https://bit.ly/2U1WRSm
    • Le 20 mars à 14h (heure de Paris), le Pr Jérôme Favrod présente le programme PEPS destiné à retrouver des émotions positives lorsqu’on souffre de schizophrénie. Inscriptions: https://bit.ly/2U92G0b

La schizophrénie, une pathologie qui reste méconnue du grand public, et notamment des jeunes est une maladie du cerveau appartenant à la famille des psychoses. Ce trouble psychique touche en Suisse près de 85 000 personnes, sans distinction de sexe ou de milieu social. La maladie se manifeste principalement au début de l’âge adulte (entre 15 et 25 ans) et évolue par épisodes. Elle se caractérise par des symptômes souvent qualifiés d’étranges (par exemple, hallucinations auditives et visuelles, idées délirantes, propos incohérents), mais également par des symptômes tels que la dépression, l’apathie, et des troubles cognitifs (troubles de la mémoire, de la motricité et de l’attention). Ces deux derniers groupes sont sans conteste ceux qui handicapent le plus les patients dans leur quotidien, provoquant un repli sur soi et une désinsertion sociale. Fondamentalement méconnue, la schizophrénie est victime de nombreuses idées fausses et de préjugés véhiculés auprès du grand public, notamment par les médias. La maladie demeure ainsi associée dans l’inconscient collectif à la violence et à la peur…